Opinion et connaissance dans les Dialogues de Platon

L’opposition entre opinion et connaissance traverse l’œuvre platonicienne : elle sous-tend l’examen socratique, invitant à se libérer de l’emprise de la doxa pour se mettre en quête d’un savoir véritable ; elle commande le rejet des rivaux du philosophe – sophistes, poètes ou rhéteurs – et de leurs prétentions à éduquer la cité ; elle justifie la primauté politique du gardien philosophe, détenteur d’une science qui est le seul garant d’un juste gouvernement. Quels sont donc les fondements d’une différence épistémologique dont la portée excède la théorie de la connaissance pour s’étendre au champ moral et politique ? Dans ce cours, on étudiera la fonction, critique aussi bien que constructive, de l’opposition platonicienne entre opinion et connaissance, qui se révèle décisive pour définir la démarche philosophique.

 

Indications bibliographiques :

Platon, Œuvres complètes,  L. Brisson (dir.), Paris, Flammarion – en particulier Ménon, République, Théétète.

J.-F. Balaudé, Le savoir-vivre philosophique. Empédocle, Socrate, Platon, Grasset, 2010.

L. Brisson et F. Fronterotta (dir.), Lire Platon, Paris, PUF, 2006.

M. Burnyeat, Introduction au Théétète de Platon, traduit de l’anglais par M. Narcy, Paris, PUF, 1998.

M. Dixsaut, Platon. Le désir de comprendre, Paris, Vrin, 2003 (en particulier le chapitre III).

D. El Murr (dir.), La mesure du savoir. Études sur le Théétète de Platon, Paris, Vrin, 2013.

Y. Lafrance, La théorie platonicienne de la doxa, Paris, Les Belles Lettres, 2015.