Faut-il parler du réel pour dire quelque chose ? Le langage n’est-il signifiant qu’à être ancré dans la réalité ? Dire quelque chose, est-ce dire que cela existe ? Ces questions, qui animent la philosophie depuis les premières réflexions de Platon ou d’Aristote, surgissent dès lors qu’on considère la possibilité du discours faux, mensonger, ou du discours fictionnel : de quoi parle-t-on lorsqu’on ne dit pas ce qui est, ou qu’on dit ce qui n’est pas ? Parle-t-on encore de quelque chose et, si oui, de quoi ? Quels sont ainsi les critères du discours sensé ? Est-ce seulement de pouvoir être vrai ? Mais qu’en est-il des discours qui ne peuvent pas l’être ou qui n’ont pas vocation à l’être ?

            Ce sont autant de questions qui nous amèneront à considérer les relations du langage et du monde, le rapport du discours avec la vérité et l’erreur, la question du mensonge et de la fiction, pour mieux comprendre ce que c’est que dire quelque chose.

 

(Il est recommandé de lire l’Euthydème de Platon avant le début du cours.)