Philosophie générale (S2, lundi 16h-18h)

Titre du cours : La sensation

Mme Deborah Miglietta

 

Notre cours se propose d’examiner les réflexions des anciens sur la sensation jusqu’à la réévaluation de cette notion dans la pensée moderne. Pour Descartes, la connaissance sensible est dans une position subordonnée par rapport à la clarté et à la distinction des notions innées, tandis que l’empirisme anglais, notamment avec Locke, indique la source de toute connaissance dans la connaissance sensible. Cette fonction cognitive rejoint les résultats radicaux que l’on trouve chez Berkeley et Hume, ce qui encouragera les critiques de Kant. Les idées tirent-elles leur unique origine des sensations, comme Condillac le prétend ? Ou bien l'expérience sensible suppose-t-elle des formes qui seraient antérieures et supérieures aux données des sens, ainsi que Kant le suggère ? Quel est le rôle de la sensation dans la spéculation la plus récente ?

Nous nous proposons d’examiner la notion de sensation en distinguant deux sens : son sens passif, à savoir la capacité d'être affecté, et son sens actif, c’est-à-dire l'élan qui nous conduit à la rencontre des objets du monde. Nous travaillerons ensemble sur une dizaine d’ouvrages dont des extraits en langue française seront distribués pendant le cours.

 

Bibliographie indicative

 

Platon, Théétète

Platon, La République, livre X

Aristote, De l’âme, livre II

René Descartes, Méditations métaphysiques (Méditation IIe)

Étienne Bonnot de Condillac, Essai sur l'origine des connaissances humaines (Passages choisis)

John Locke, L'Essai philosophique concernant l'entendement humain (Ch. II)

George Berkeley, Principes de la connaissance humaine (Passages choisis)

Emanuel Kant, Critique de la raison pure (Première partie)

Edmund Husserl, Méditations cartésiennes, (Méditation Ve)

Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception (Passages choisis)