Le séminaire vise à réfléchir aux lieux de production et de circulation des savoirs techniques parallèles aux institutions de savoirs (universités, collèges, académies). De la Renaissance au XIXe siècle, maints espaces, qu’ils soient fixes (ateliers, boutiques, laboratoires, manufactures, usines, jardins) ou itinérants (chantiers, logis, lieux d’exposition et de spectacle) accueillent des pratiques productrices de savoirs. On portera en particulier attention à leurs caractéristiques physiques et fonctionnelles, à l’identification des individus qui les fréquentent, aux types de savoirs et aux supports (dessins, maquettes, prototypes, écrits) par lesquels passent ces savoirs.


Le thème implique deux réflexions corollaires. La première porte sur les sources qui permettent de restituer la matérialité des lieux et des pratiques. La deuxième est liée à manière dont ces lieux ont faits et font encore l’objet de patrimonialisation, comment ils sont conservés et entretenus.


On fera le point sur les recherches et les perspectives historiographiques récentes aussi bien en histoire des techniques qu’en histoire de l’art. Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master, aux doctorants et aux chercheurs et enseignants-chercheurs.