K3010319 - Histoire de la philosophie antique et médiévale - Cours magistral

Au chapitre 9 du traité De l’interprétation, Aristote répondait au problème posé par le célèbre argument Dominateur développé par Diodore Cronos, la combinatoire par laquelle ce dernier entendait supprimer l’existence des possibilités contrefactuelles. La thèse aristotélicienne, que la tradition identifiera comme celle des « futurs contingents », interroge le statut ontologique du temps, la symétrie du passé et du futur et plus largement leur modalité. Ce que l’on a coutume d’appeler aujourd’hui le fatalisme logique des mégariques déduit la nécessité des futurs à partir de principes logiques indiscutables. A ce déterminisme s’oppose le fatalisme stoïcien, dont le slogan est que « tout arrive par le destin » et que le De fato de Cicéron a rendu célèbre. Les sectateurs du Portique se firent très tôt les champions du destin et réclamèrent la propriété de cet objet philosophique controversé, que l’on songe à L’hymne à Zeus de Cléanthe ou aux stratégies que Chrysippe mis au point pour en démontrer l’existence ou le concilier avec la responsabilité humaine. La conciliation de la liberté et de la nécessité reçoit chez eux une réponse originale, qui répond au défi posé par Diodore sans emprunter la solution aristotélicienne et qui trouvera chez Leibniz une réception féconde.

Dans ce cours, nous reconstituerons la doctrine stoïcienne du destin, qui mobilise les trois branches du système – physique, logique et éthique – ainsi qu’une multitude de domaines tels que la cosmologie, l’étiologie, la providence, la palingénésie (l’éternel retour), la sympathie universelle ou encore la doctrine de la responsabilité. Nous nous donnerons pour ce faire le programme que s’était fixé Alexandre d’Aphrodise dans son De fato. Étant entendu que, pour les stoïciens, tous les événements se produisent selon une inexorable fatalité, ils nous restera à interroger la nature du destin, la manière dont il agit dans le monde et comment son inévitabilité caractéristique peut être conciliable avec la liberté humaine.



Bibliographie indicative 


  • Alexandre d’Aphrodise, Du destin, Budé – Belles Lettres.
  • Aristote, De l’interprétation, Vrin.
  • Bobzien, S., Freedom and Determinism in Stoic Philosophy, Oxford, Ashgate, 1998.
  • Cicéron, Traité du Destin, Tel Gallimard.
  • Gaskin, R., Sea battle and the Master Argument. Aristotle and Diodorus Cronus on the metaphysics of the future. De Gruyter. 
  • Long, A. et Sedley, D., The Hellenistic Philosophers, textes choisis, traduit de l’anglais par J. Brunschwig et P. Pellegrin sous le titre Les philosophes hellénistiques, tome II, Paris, GF-Flammarion, 2001, (1e éd. angl. 1987).
  • Ps-Plutarque, Du destin, Budé – Belles Lettres.
  • Van Inwagen, P., Essai sur le libre arbitre, Paris, Vrin, 2017.
  • Vidal-Rosset, J., Les paradoxes de la liberté, Ellipses, 2009.
  • Vuillemin, J., Nécessité ou contingence : L’aporie de Diodore et les systèmes philosophiques, Paris, Les Éditions de Minuit, 2018.



Informations sur l'espace de cours

Nom Histoire de la philosophie antique et médiévale - D'Aristote aux stoïciens : futurs contingents et destin
Nom abrégé UP1-C-ELP-K3010319-24 - D'Aristote aux stoïciens : futurs contingents et destin
EnseignantsD Jeranian Olivier
Groupes utilisateurs inscrits Consultation des ressources, participation aux activités :
  • [2023] UFR 10 - Matière (L3-S1) : Histoire de la philosophie antique et médiévale (groups-matiK3010319-2023)
Consultation des ressources uniquement : aucune cohorte inscrite.

Rattachements à l'offre de formation

Élément pédagogique UP1-C-ELP-K3010319 - Histoire de la philosophie antique et médiévale
Chemin complet > Année 2024-2025 > Paris 1 > Philosophie > Licence 3ème année Philosophie parcours Humanités > Semestre 5 > UE1 Fondamentale S5 > Histoire de la philosophie antique et médiévale