J2012419 - Histoire des Balkans S4 - Cours magistral

Faire l’histoire des Balkans invite à s’interroger sur l’évolution, en longue durée, de l’Europe dans sa partie sud-orientale, sur ses limites et sur ses zones de contact avec le reste du monde, asiatique et méditerranéen. Les conflits qui y ont éclaté après la disparition de la Yougoslavie dans les années 1990, la question actuelle de l’afflux des migrants qui arrivent majoritairement par cette région, sont autant de questions européennes nécessitant de considérer ce que sont les Balkans en eux-mêmes et la place qu’ils occupent dans l’espace européen.

Le terme de Balkans a commencé à être utilisé par les géographes du xixe siècle pour désigner une région qui n’a jamais, dans l’histoire, constitué d’entité politique ou administrative. Il désigne la zone actuellement partagée entre la Bulgarie, la Grèce, la Roumanie, l’Albanie, une grande part de l’ex-Yougoslavie (Serbie, Monténégro, Macédoine du Nord, Kosovo, Bosnie-Herzégovine, Croatie), ainsi que la partie européenne de la Turquie avec la ville d’Istanbul. À l’époque contemporaine, cette région est divisée par de grandes lignes de rupture qui lui donnent l’image d’un miroir brisé : multiplicité des frontières nationales depuis le xixe siècle, Rideau de fer de 1946 à 1989, et, de nos jours, frontières – non concordantes dans la région – de l’Union européenne et de l’espace Schengen. Cependant, considérés sur le long terme, le passé et des héritages communs ont forgé dans cette région des modes de vie et des mentalités qui y ont laissé une empreinte durable, permettant de la considérer comme une aire culturelle à part entière.

Comme l’origine turque de ce nom l’indique, les Balkans représentent d’abord l’héritage ottoman en Europe. Tous les pays dits balkaniques sont en effet issus de l’ancien Empire ottoman et leurs populations en ont conservé, à des degrés divers et souvent combinés à d’autres héritages, certaines pratiques et représentations : primat de l’appartenance religieuse sur les autres formes d’identité, représentations concurrentes d’un espace national étendu à toute la péninsule balkanique issues d’une époque encore récente où, en l’absence de frontières, les populations étaient mêlées sans distinction de nationalité, fortes traditions d’autonomie locale et défiance face à l’État central.

Ces héritages du passé ottoman sont à relier beaucoup plus largement au passé impérial presque deux fois millénaire de la région, que l’Empire ottoman a prolongé jusqu’à l’époque contemporaine : partie européenne de l’Empire romain d’Orient, elle fut une autre Europe, « byzantine » puis « turque », région charnière et zone d’échanges entre ce que nous appelons le monde occidental et le monde oriental, entre les chrétientés romaine et orthodoxe, entre les mondes slave et latin, et, enfin, entre les mondes chrétien et musulman. Cette région a aussi été longtemps l’occident des Empires dont elle contenait la capitale Constantinople et elle a été au cœur de la formation de ces systèmes impériaux, intégrant les populations et leurs législations sans les assimiler. La région a ainsi occupé une position centrale rayonnante, riche de ses contacts multiples avec le reste de l’Europe et le reste du monde, au centre de flux commerciaux terrestres et maritimes intenses. De tout temps traversée par des mouvements de populations majeurs, elle aussi est sans nul doute la région d’Europe dont la société, à l’origine gréco-romaine, a incorporé les éléments les plus variés ; soumise aux grandes invasions et à l’arrivée des peuplements slaves du ive au viie siècle, abritant depuis l’époque ottomane une importante population musulmane, marquée par l’arrivée aux xiv et xve siècle d’une nombreuse communauté séfarade après l’expulsion des Juifs d’Espagne en 1492, elle en tire, de nos jours encore, une identité forte au sein de l’Europe, faite, certes, dans la période la plus récente, de conflictualité inter-ethnique et inter-religieuse, mais aussi, de façon plus traditionnelle, de transferts, de syncrétismes multiples et de cohabitations durables, qu’il s’agira de saisir au cours de cet enseignement.


Informations sur l'espace de cours

Nom Histoire des Balkans S4
Nom abrégé UP1-C-ELP-J2012419-03
EnseignantsAykan Yavuz
Groupes utilisateurs inscrits Consultation des ressources, participation aux activités :
  • [2021] Groupe pédagogique : Histoire des Balkans S4 - COURS (Lundi 17h-18h30 C1807) (groups-gpelp.56102-2021)
Consultation des ressources uniquement : aucune cohorte inscrite.

Rattachements à l'offre de formation

Élément pédagogique UP1-C-ELP-J2012419 - Histoire des Balkans S4
Chemin complet > Année 2022-2023 > Paris 1 > École d'histoire de la Sorbonne > Licence 1ère et 2ème année Histoire > Semestre 4 > UE Méthodologie > Choix Aire culturelle et thématique > Histoire des Balkans S4